Brane Project

Orchestre de haut-parleurs – Acousmonium

Fondée en 2009 avec Raphaël Parseihian, Robert Kieffer et Clément Bénitah, l’association Brane Project a développé un système de multi-diffusion sonore (acousmonium) composé d’une cinquantaine de haut-parleurs avec une démarche ‘do it yourself’ (conception et construction des haut-parleurs, des ampli cateurs, des convertisseurs numériques/analogiques, des consoles de spatialisation et des outils logiciels de spatialisation). Son objectif est de créer un dispositif qui permette d’immerger totalement et d’emporter ne serait-ce qu’un instant l’auditeur.

Pour mettre en place cette situation d’écoute nouvelle et particulière, le collectif Brane Project propose un dispositif acoustique et scénographique permettant de mettre en valeur l’espace investi pour le concert. Composé d’une multitude de sources placées autour, à l’intérieur et au-dessus du public, le système de diffusion permet de placer le spectateur au cœur du son et de lui proposer une expérience d’écoute immersive. Ce système, inspiré de l’acousmonium et des systèmes de multidiffusion, permet de créer une écoute proche de la situation naturelle et d’exploiter pleinement les capacités auditives de l’être humain (qui ne se limitent pas au champ visuel). Ainsi, certains sons peuvent émerger de l’avant, de l’arrière ou du haut du dispositif, favorisant un jeu avec la perception auditive du spectateur et la proposition de situations inouïes.

La Station d’Ecoute Suspendue

Dispositif d’écoute perchée

Collaboration Idéehaut / Brane Project

Une symphonie multidimensionnelle à travers les strates forestières. Un voyage sonore d’abord, mais une ouverture sur nos capteurs inexploités. Percevoir, observer, lâcher, s’immerger, s’élever, se confondre… Perdre des repères en retrouver d’autres. la croisée de deux disciplines, un équilibre subtil. La rencontre des artisans du son et des professionnels de l’arbrezenteur pour une création sylvestre éphémère et spontanée… points de suspension.

SOMA – Les massages sonores

Danse et live sur corps

Collaboration avec Yasmine Blum, Loïse Bulot, Raphaële Dupire, Lucien Gaudion, Élisa Voisin,Samuel Segura et Bertrand Wolff

Passerelle entre happening, soin corporel et musique électroacoustique, les massages sonores proposent une expérience sensible et immersive, rejouant un dispositif sans âge – le soin qui allie tactile et son – en introduisant des technologies nouvelles, reliant ainsi le primitif à la technologie. Partant du principe que nos cinq sens sont déséquilibrés culturellement (sur-sollicitation de la vue, prohibition du toucher), cette pièce cherche à questionner la manière dont nous pensons notre corps, dont nous le comprenons et quelles coercitions sensibles il éprouve au quotidien.

Les rendez-vous individuels renversent le protocole classique du spectacle (plus d’artistes que de public), il annihile la question de la rentabilité et interroge la relation de pouvoir acteur/actif et public/passif.
La forme publique questionne entre autres l’empathie, le geste, l’intime, la chorégraphie dans le geste.

Plus d’informations : https://www.facebook.com/SomaMassagesSonores/

Summoning the Fountain

Performance sonore

SoundLab: Emilien Ghomi (FR) – Maria Matinyan (ARM/GER) – Lvis Mejía (GER/MX) – Vardan Harutyunyan (ARM)
Gaetan Parseihian (FR)

The aim of the work called « [Summoning the Fountain] » is a sonic, ethnographic and philosophical exploration on Gyumri’s Iron Fountain. It questions the evolution of its role, status, shape and structure in nowadays’ city.

This fountain, built in 1982, is part of a soviet architectural program on building imposing monuments made of iron. It has been partly destroyed by the earthquake in 1988, but remains one of the greatest city’s symbols. It is deeply respected by the people living nearby, and it is has been a rich base material for building stories, memories and human experiences through the last 40 years.

We had the chance to interview people who have known the fountain since its construction and an architect working on the archives related to its building. We explored the sonic properties of the material and structure of the monument, by using percussion and vocals as well as technical and digital means in order to provide that fountain a voice that corresponds to its symbolic role in the city. We see that sound happening as a reminiscence of the past, a question to the present, and an experiment on new relations that we all can have with public monuments in the future.